Myers Briggs 1/2 : Et si le Myers Briggs pouvait améliorer la connaissance de soi et des autres ?

“Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux.” Socrate

Le Myers Briggs, vous en avez déjà entendu parler ? Vous avez déjà fait le test mais vous n’êtes pas sûr d’avoir eu le bon résultat ? Ou bien vous l’avez passé plusieurs fois et avez eu des résultats différents à chaque fois ? Alors cet article est fait pour vous ! Le Myers Briggs c’est le test de personnalité le plus utilisé par les entreprises aux quatre coins du globe. Ce test, quand il est bien utilisé, n’est pas une simple catégorisation de différents traits de caractère, mais bien une compréhension approfondie et évolutive de nos différents fonctionnements cognitifs. Ainsi, il peut nous permettre de comprendre nos zones de talents, notre potentiel, et nos zones d’ombre, notre « talon d’Achille ». Alors aujourd’hui je décode avec vous ce test de personnalité aux multiples facettes et à la complexité trop souvent négligée !

Vous êtes prêt.e. ? Bien assis.e. devant votre ordi ? Vous avez un café, un thé et votre curiosité à portée de main ? Très bien ! Alors découvrez les 6 éléments clés pour mieux comprendre le Myers Briggs : 

🤷‍♀️ 1. Alors déjà le Myers Briggs c’est pour qui ? 🤷‍♂️

Si vous êtes étudiant.e., enseignant.e., éducateur.trice., RH, psy, écrivain.e., conseillé.ère. d’orientation, coach ou tout simplement une personne curieuse de mieux comprendre l’humain, le Myers Briggs vous proposera une grille de lecture pour mieux appréhender votre fonctionnement cognitif, mieux communiquer, mieux vous orienter dans votre vie professionnelle et améliorer vos compétences relationnelles. 

Attention : Ce test ne peut en aucun cas définir qui vous êtes car il est évolutif et explique vos fonctionnements cognitifs, pas votre identité. Avec des fonctionnements cognitifs similaires, deux individus seront bien sûr profondément différents selon leur culture, leur vécu, leur conditionnement et leurs choix… Ce test ne peut donc, en aucun cas, être utilisé pour hiérarchiser et discriminer certains modes de fonctionnement sur d’autres. 

💁‍♀️ 2. Ça vient d’où ? 💁‍♂️ 

La théorie du type psychologique vient du psychiatre suisse Carl G. Jung (1875-1961) qui a eu l’intuition que ce qui semble être un comportement aléatoire est en fait le résultat de différences dans la façon dont chacun préfère utiliser ses capacités mentales. 

En 1921, Jung a publié le livre “Psychological Types”, et introduit l’idée que chaque personne a un type psychologique. Le langage académique du livre le rendait inaccessible et peu utile à des fins concrètes en psychologie.

Et puis, pendant la Seconde Guerre mondiale, deux Américaines, Isabel Briggs Myers et sa mère Katharine Cook Briggs, ont entrepris de trouver un moyen d’utiliser les idées de Jung dans la vie quotidienne. Elles voulaient que les individus puissent identifier leur type psychologique sans avoir à passer au crible les théories académiques de Jung.

Et c’est comme ça qu’elles ont vulgarisé les théories de Carl Jung pour créer le test de Myers Briggs. Mais du coup, c’est quoi le test du Myers Briggs ?

🙇‍♀️ 3. C’est quoi ? 🙇‍♂️

Le test de Myers Briggs est un test qui comporte un code à 4 lettres, et ces 4 lettres correspondent à 4 questions * :

À noter : Si vous décidez de vous arrêter au code à 4 lettres, vous aurez au mieux une compréhension un peu superficielle du test de Myers Briggs et au pire vous retiendrez de ce test une catégorisation binaire et stigmatisante de vous et des autres, qui, plus est, est peut être la mauvaise catégorie car vous n’aurez pas saisi les nuances des fonctions cognitives et vous vous serez peut-être trompés de lettres dans le code d’Isabel Myers ! A savoir que le test d’Isabel Myers a souvent été discrédité dans le monde de la science en raison d’une simplification et d’une vulgarisation trop prononcé qui ne fait pas justice au travail de Carl Jung. Je vous conseille donc vivement d’aller plus loin dans votre compréhension de cet outil voir section 4 et 5 sur les fonctions cognitives et le modèle de la voiture.

  • Extraversion (E) vs Introversion (I) : Où vas-tu puiser ton énergie quand tu as besoin de te ressourcer ?

Nous nous tournons vers l’extraversion quand :

  1. Nous agissons, puis nous réfléchissons, puis nous re- agissons
  2. Nous sommes dynamiques et énergiques  
  3. Nous discutons avec des personnes
  4. Nous écoutons ce que quelqu’un dit
  5. Nous faisons la cuisine 

Nous nous tournons vers l’introversion quand :

  1. Nous réfléchissons, puis nous agissons, puis nous re- réfléchissons
  2. Nous sommes calmes et concentrés
  3. Nous lisons un livre
  4. Nous sommes conscients de ce qui se passe dans notre monde intérieur
  5. Nous réfléchissons à un problème afin de le comprendre

C’est LA lettre où nous pouvons le plus facilement nous tromper sur le code à 4 lettres, car chacun de nous utilise des fonctions cognitives en extraversion et d’autres en introversion. J’expliquerai pourquoi quand on regardera le modèle de la voiture, en attendant c’est important de se focaliser sur la direction vers laquelle vous êtes le plus à l’aise pour aller chercher votre énergie : votre monde intérieur ou extérieur. Essayez de vous souvenir de quand vous étiez enfant (6-10 ans) quelles activités aimiez vous le plus faire ? Étiez vous un enfant calme et facilement concentré ou une boule d’énergie avec la langue bien pendue ?

À noter : Dans ce contexte, l’introversion n’a rien à voir avec la timidité, ni l’extraversion avec les compétences relationnelles. Un extravertie peut être profondément timide et un introvertie peut avoir de grandes compétences relationnelles, il n’y a aucun corrélation !

  • Sensorielle (S) vs Intuition (N) : Comment collectes-tu l’information ? 

Nous collectons l’information de façon sensorielles quand :

  • Nous sommes pragmatiques et aimons les données concrètes
  • Nous remarquons les détails, par exemple qu’une tasse de café a changé de place
  • Nous observons les faits, remarquons une erreur de typo ou mémorisons un texte
  • Nous suivons les étapes d’un plan
  • Nous goûtons au moment présent

Nous collectons l’information de façon intuitive quand :

  • Nous sommes imaginatifs, théoriques et faisons des connections entre les choses
  • Nous avons des idées, par exemple nous trouvons une nouvelle façon de faire un gâteau
  • Nous voyons les différentes possibilités et pensons aux implications futures d’une action en cours
  • Nous percevons les différentes façons d’appréhender une même situation
  • Nous voyons la situation dans son ensemble.

Là encore, nous utilisons tous à la fois des fonctions sensorielles et intuitives pour collecter l’information. Il s’agit de savoir si nous préférons recueillir les données de façon littérale et concrète ou recueillir les idées et les possibilités abstraites : Faisons nous plus facilement confiance à nos cinq sens ou à notre imagination ?

À noter : La prise d’information est à l’origine de la plupart des incompréhensions et problèmes de communication entre les individus. 

  • Raison (T – thinking) vs Émotion (F-feeling) : Comment prends-tu tes décisions ? 

Notre prise de décision utilise la raison et l’intelligence logique quand :

  • Nous établissons des directives à suivre pour l’exécution des tâches.
  • Nous sommes le plus rigoureux possible sur ce qui est de l’ordre de nos croyances et de notre savoir.
  • Nous choisissons de ne pas acheter un pantalon qui nous plaît, parce que nous avons déjà assez de pantalons.
  • Nous faisons une étude de marché pour acheter le produit qui répond le mieux à nos besoins.

Notre prise de décision utilise l’émotion et l’intelligence émotionnelle quand :  

  • Nous nous abstenons de dire quelque chose à quelqu’un pour ne pas le contrarier
  • Nous décidons de ne pas accepter un emploi parce que nous n’aimons pas ses valeurs ou son environnement de travail 
  • Nous utilisons l’écoute active ou la communication non-violente pour communiquer avec les personnes qui nous sont chères.
  • Nous décidons d’acheter quelque chose parce que ça nous plaît

Là aussi, ce n’est pas soit l’un soit l’autre. On peut prendre des décisions avec sa tête et avoir une grande sensibilité, ou prendre des décisions avec son cœur et avoir de grandes aptitudes pour la pensée rationnelle ! C’est simplement que les personnes qui préfèrent utiliser leur intelligence émotionnelle pour prendre des décisions vont avoir plus de facilité à privilégier l’importance de répondre à leurs besoins et ceux de leur entourage, alors que les personnes qui favorisent l’intelligence rationnelle pour prendre des décisions vont avoir des aptitudes à prendre des décisions impartiales, stratégiques et rigoureuses dans leur quotidien. 

À noter : Les décisions les plus difficiles à prendre sont celles où il y a conflit entre l’intelligence émotionnelle et rationnelle. Dans ces situations, c’est notre fonction dominante qui aura le dernier mot. De la même façon, les décisions les plus faciles à prendre sont souvent le résultat d’une synchronisation entre notre intelligence rationnelle et notre intelligence émotionnelle.

  • Organisation (J) vs Spontanéité (P) : Préfères-tu organiser ton environnement extérieur ou laisser place à la spontanéité ?

Nous avons un rapport au monde organisés quand : 

  • Nous faisons des listes pour prioriser nos tâches de choses à faire
  • Nous planifions à l’avance
  • Nous formons et exprimons des décisions arrêtées sur la façon de faire les choses
  • Nous mettons un point final à un problème pour pouvoir passer à autre chose

Nous avons un rapport au monde spontanés quand : 

  • Nous reportons une prise de décisions à la dernière minute pour voir quelles autres options s’offrent à nous
  • Nous agissons de façon flexible face à l’imprévue
  • Nous décidons de ce que nous allons faire au fur et à mesure que nous le faisons
  • Nous nous adaptons facilement aux nouvelles situations

Encore une fois, nous utilisons tous à la fois l’organisation et la spontanéité dans notre rapport à la vie quotidienne, et plus nous avançons en âge, plus nous nuançons nos préférences. Là encore, l’idée est de savoir quelle attitude nous rend le plus à l’aise. Les personnes ayant une préférence pour l’organisation veulent que les choses soient nettes, ordonnées et établies. Ceux qui ont une préférence pour la spontanéité veulent que les choses soient ouvertes, adaptables et flexibles.

Vous voulez passer le test en ligne gratuitement* ? Passer le test en ligne

*À noter : le test est en anglais et il y a des chances pour que votre résultat final soit erroné, lire la prochaine section pour comprendre pourquoi.  

🤦‍♂️ 4. Pourquoi de nombreuses personnes se trompent quand ils font le test en ligne ou l’auto diagnostic de leur profil ? 🤦‍♀️

À trop vulgariser et réduire les théories de Carl Jung à un test binaire, vous risquez de passer à côté de ce que le Myers Briggs peut vous apporter de mieux, soit une compréhension complexe et évolutive des fonctionnements cognitifs du psyché :

Nous avons tous des fonctions introverties et des fonctions extraverties, et ca serait une erreur de réduire notre profil uniquement au code à 4 lettres du Myers Briggs, il vaut mieux regarder les 8 fonctions cognitives pour décoder les théories de Carl Jung, nous avons tous :

  • 4 fonctions visibles (2 fonctions primaires et 2 fonctions inférieures, voir le modèle évolutif de la voiture)
  • 4 fonctions invisibles (moins souvent étudiés, nommées les’shadow functions’ dans le monde anglophone). 

Nos deux fonctions cognitives primaires (aussi connu sous le nom de pilote et copilote) sont les clés pour favoriser et encourager notre croissance personnelle. Il est donc intéressant pour chacun d’entre nous de les découvrir et les décoder ! En effet, si le psychiatre Carl G. Jung a mené de longues études méthodiques, minutieuses et rigoureuses sur le psyché humain, il serait vraiment dommage de se priver d’une grille de lecture “coup de génie” sur le cerveau humain. Bref, encore une fois, je vous conseille vivement d’aller plus loin dans votre compréhension de cet outil !

🧏‍♀️ 5. Comment se familiariser avec les 8 fonctions cognitives de Carl Jung ? 🧏‍♂️

Pour décoder l’aspect évolutif du Myers Briggs, c’est facile ! Il suffit d’abord de vous familiariser avec les 8 fonctions cognitives de Carl Jung (Aussi connu sous le nom de processus mentaux), puis avec l’aspect du modèle évolutif de la voiture. 

Voici le nom des 4 fonctions cognitives pour recueillir l’information :

  • « Perspective » – Fonction cognitive pour recueillir l’information en utilisant l’intuition en introversion – (Ni) Quand elle collecte l’information cette fonction aspire à comprendre le monde de façon perspicace : Qu’en est-il de tous les autres points de vue ?
  • “Exploration » Fonction cognitive pour recueillir l’information en utilisant l’intuition en extraversion – (Ne) Quand elle collecte l’information cette fonction aspire à comprendre le monde pour proposer différentes possibilités et de nouvelles façon de voir les choses : Et si on faisait autrement ? 
  • « Mémoire » – Fonction cognitive pour recueillir l’information en utilisant le sensorielle en introversion – (Si) Quand elle collecte l’information cette fonction cognitive aspire à des informations fiables pour préserver ce qui a déjà fait ses preuves dans nos sociétés : Qu’est-ce qui a déjà existé avant ? 
  • “Sensation » Fonction cognitive pour recueillir l’information en utilisant le sensorielle en extraversion – (Se) Quand elle collecte l’information cette fonction cognitive aspire à des informations observables qui nous ancre dans la réalité du présent : Qu’est-ce qui existe de facon tangible là maintenant ?

Voici le nom des 4 fonctions cognitives pour prendre des décisions :

  • « Exactitude” – Fonction cognitive de prise de décision spontanée – Utilise la raison et la logique pour organiser son monde intérieur, ce qui rend sa décision invisible sur le monde extérieur, raison en introversion – (Ti) La question à laquelle souhaite répondre la fonction cognitive « ‘exactitude » Qu’est-ce qui est logique et vérifié pour moi ?
  • « Efficacité » – Fonction cognitive de prise de décision organisationnelle – Utilise la raison et la logique sur l’environnement extérieur, ce qui rend sa décision visible sur le monde extérieur, raison en extraversion – (Te) La question à laquelle souhaite répondre la fonction cognitive « ‘efficacité » Qu’est-ce qui fonctionne dans le monde extérieur ?
  • « Authenticité »Fonction cognitive de prise de décision spontanée – Utilise l’intelligence émotionnelle pour organiser son monde intérieur, ce qui rend sa décision invisible sur le monde extérieur, émotion en introversion- (Fi) La question à laquelle souhaite répondre la fonction cognitive “’authenticité” :  Qu’est-ce qui me semble juste par rapport à qui je suis, mes valeurs et mes aspirations ?
  • « Harmonie »Fonction cognitive de prise de décision organisationnelle – Utilise l’intelligence émotionnelle sur l’environnement extérieur, ce qui rend sa décision visible sur le monde extérieur, émotion en extraversion-(Fe) La question à laquelle souhaite répondre la fonction cognitive “’harmonie” Comment puis-je satisfaire au mieux les besoins humains de chacun ?
  • 🕵️‍♀️ 6.  C’est quoi le modèle évolutif de la voiture ? 🕵️

Vous vous êtes familiarisé.e. avec les fonctions cognitives ? Super ! Maintenant, découvrez le modèle évolutif de la voiture ! Comment ? Imaginez une voiture avec un pilote et un co-pilote. Ca vous permettra de mieux appréhender l’aspect évolutif du Myers Briggs :

Grâce au modèle de la voiture, nous appréhendons l’évolution et l’interdépendance de nos 4 fonctions cognitives visibles :  

  • La fonction cognitive dans la place du pilote Se développe vers l’âge de 6 ans

C’est LA fonction cognitive dans laquelle nous sommes experts ! Et oui, j’ai bien dit expert ! Nous sommes des experts ! 😉 WOOP WOOP FAIIITES PÉTER LE CHAMPAGNE !!!! OUI NOUS AVONS DU GÉNIAL, NOTRE FONCTION COGNITIF EST EXPERTE ! WOUHHHOUUU ! Oui j’avoue je craque ! J’avouuuueee, je viens de passer la journée sur cet article ! Mais bref, revenons à nos moutons, ou plutot nos fonctions… Donc, notre fonction experte, nous l’utilisons depuis toujours, d’ailleurs nous l’utilisons tellement bien et tellement naturellement que nous n’avons même pas conscience de le faire, c’est notre état de “flow”, comme dirait les anglophones. C’est aussi la fonction qui va guider l’ensemble de notre personnalité et sera notre moteur.

À noter : Si votre pilote est une fonction cognitive qui prend des décisions, votre fonction co-pilote collectera l’information et vice versa, si votre fonction pilote recueille l’information, votre fonction co-pilote prendra des décisions. 

De la même façon si votre fonction pilote est une fonction en extraversion, votre fonction co-pilote sera en introversion, et vice versa, si votre fonction pilote est en introversion, votre fonction copilote sera extraversion… c’est une question d’équilibre ! Vous me suivez ?

Si vous ne comprenez pas tout de suite, ne vous inquiétez pas. C’est un peu compliqué à comprendre au départ. En tout cas, pour savoir si vous êtes (I) introversion ou (E) extraversion sur le code à 4 lettres, il suffit de regarder si votre fonction cognitive à la place du pilote est une fonction d’extraversion ou une fonction d’introversion.

*Si certains adultes ont des difficultés à savoir s’ils sont introvertis ou extravertis, c’est souvent que leur pilote et leur co-pilote sont bien équilibrés, et si vous pouvez obtenir des résultats différents en prenant le test de Myers Briggs à différents moments de votre vie, ce n’est pas parce que vous avez changé de profil, de pilote et de copilote, c’est que vous êtes surement en train de développer une nouvelle fonction cognitive et qu’elle ressort plus qu’avant sur le test d’Isabel Briggs Myer, ce qui malheureusement peut fausser le résultat de votre code à 4 lettres.

  • La fonction cognitive dans la place du co-pilote – Se développe vers 10-12 ans

Le co-pilote est souvent une fonction cognitive dont on a conscience et pour laquel on sait que nous avons une préférence, simplement car on l’a travaillé, développé et favorisé dès notre adolescence. Cette fonction cognitive est aussi notre levier de croissance personnelle, ou notre fonction de “génie”, de “talent”, car quand elle est bien utilisée, elle est la fonction révélatrice de notre potentiel, et nous permet un équilibre entre extraversion et introversion, entre prise de décision et recueil d’information.

À noter : Paradoxalement, nous pouvons avoir des réticences et des difficultés à développer cette fonction car elles nous demandent d’aller dans l’énergie opposée de notre pilote.

*Quand la fonction Harmonie est située en copilote, elle peut facilement induire en erreur sur le test du Myers Briggs, car cette fonction est extrêmement orientée vers les autres et les besoins humains, ainsi elle peut facilement laisser croire, à tord, que l’individu est E sur le test à 4 lettres.

Les deux fonctions suivantes sont « à l’arrière de la voiture », elles sont nos fonctions inférieures aussi dites « fonctions enfants », elles n’ont ni la maturité ni l’expertise de nos fonctions pilote et co-pilote (oui on ne peut pas être expert partout…)

  • La fonction cognitive dans le place tertiaire est aussi connue sous le nom de l’enfant de 10 ans – Se développe dans la vingtaine (c’est pour ca qu’on dit qu’elle a 10 ans de retard sur les conducteurs 😉 )

L’enfant de 10 ans est aussi connue pour être notre talon d’Achille, zone à risque ou notre « piège cognitif ». Cette fonction cognitive a des similarités avec notre co-pilote, c’est à dire que si notre copilote est une fonction qui prend des décisions, notre fonction de 10 ans prendra aussi des décisions, et si notre co-pilote recueille l’information, notre fonction de 10 ans recueillera aussi l’information. Sauf qu’à la différence de notre co-pilote, notre fonction de 10 ans est dans notre énergie préférée, celle de notre pilote, c’est-à-dire que si notre pilote est une fonction d’extraversion, notre enfant de 10 ans le sera aussi, et vice versa, si notre pilote est une fonction d’introversion, notre fonction de 10 ans sera aussi une fonction d’introversion. 

Pourquoi cette fonction est elle notre talon d’Achille ?

Pendant les periodes de stress, au lieu de se tourner vers notre énergie opposée, et faire l’effort de se tourner dans son monde intérieur quand on est plus à l’aise à l’extérieur ou vice versa, on peut être tenter de se tourner vers l’enfant de 10 ans qui a une énergie similaire à la nôtre. Sauf que, comme son nom l’indique, cette fonction à la maturité d’un enfant de 10 ans. Et vous ne laisseriez pas un enfant de 10 ou 3 ans conduire votre voiture ? C’est la même chose pour les fonctions cognitives…

Dans le cas de l’enfant de 10 ans, nous n’avons pas toujours conscience de sa non-compétence, et nous sur-estimons facilement sa maturité. Oui après tout cette fonction a quand même 10 ans ! Elle ne fonctionne donc pas si mal… En plus, elle est dans notre énergie préférée… Et parfois, elle est fortement encouragée par la société, comme c’est le cas de : l’efficacité, l’harmonie ou le concret et le factuel. Alors, nous pouvons être tentés de nous tourner vers notre talon d’Achille sans passer d’abord par notre co-pilote, mais cela crée un déséquilibre sur l’ensemble de notre comportement. De plus, si on prend trop souvent l’habitude d’ignorer notre co-pilote et de nous tourner vers la fonction de 10 ans à la place, sur la durée nous risquons de ne pas aller à l’optimum de nos aptitudes et de notre potentiel. Il faut croire que même si à 10 ans on a plein de choses pertinentes à dire et des choses à apporter, c’est toujours aux adultes, pilote et co-pilote, d’avoir le dernier mot !

  • La fonction cognitive dans la place inférieur est aussi connue sous le nom de l’enfant de 3 ans – Se développe vers 35 ans

La fonction cognitive de trois ans est notre fonction cognitive la moins développée et nous en avons souvent conscience. Elle s’exprime souvent quand nous nous sentons extrêmement stressée ou débordée, pas nous-même, à côté de nos pompes. Elle n’est pas à ignorer, mais plutôt à utiliser occasionnellement et à mettre au service du pilote ou co-pilote ! 

La plupart des déséquilibres et dysfonctionnement dans nos personnalités viennent d’un déséquilibre dans l’utilisation de nos fonctionnements cognitifs, notamment quand notre fonction pilote ne s’appuie pas sur les autres fonctions pour avancer, qu’elle ignore son copilote, qu’elle utilise la fonction de 10 ans comme co-pilote ou encore qu’elle utilise les fonctions de son co-pilote pour justifier les aspirations de son propre fonctionnement cognitif envers et contre tous. En ayant conscience de ces compétences, de ces capacités cognitives et en harmonisant nos différentes capacités cognitives, chacun de nous peut optimiser ses compétences, et mieux appréhender son potentiel ! 

À noter : Dans la prise de décision, les fonctions cognitives qui organisent le monde à l’extérieur peuvent ensuite tranquillement se tourner vers leur monde intérieur pour recueillir l’information, alors que les personnalités qui utilisent une fonction cognitive pour organiser leur monde à l’intérieur vont ensuite avoir la liberté de se tourner vers leur environnement extérieur pour recueillir l’information de façon spontanée et directement liée au moment présent. Dans les deux cas, ces fonctionnements sont en cohérence avec l’ensemble de la personnalité de l’individu et offrent un sentiment de liberté à celui qui les utilise.

Et maintenant il ne vous reste plus qu’à diagnostiquer votre profil 🙂

Vous voulez en savoir plus sur votre pilote et votre co-pilote ? Réussir à faire le propre diagnostic de votre profil ? Décoder le modèle de la voiture ? Découvrir les 16 profils ? Approfondir le potentiel de votre “voiture” ? 


Lire le prochain article : Découvrir les 16 profils 


Ecrit par Lucile Boccon-Gibod pour In Education We Trust

Références : 

Merci à l’équipe de Personality Hacker de m’avoir donnée l’autorisation de traduire et utiliser les surnoms qu’elle a attribué au fonction cognitive pour les rendre plus faciles à comprendre ainsi que le schéma du modèle de la voiture. 


MBTI® and MYERS-BRIGGS TYPE INDICATOR® are registered trademarks and MYERS-BRIGGS™ is a trademark of Consulting Psychologists Press, Inc., the publisher of the MBTI instrument. In Education We Trust is not affiliated with and is not a licensee of Consulting Psychologists Press, Inc.

2 réflexions sur “Myers Briggs 1/2 : Et si le Myers Briggs pouvait améliorer la connaissance de soi et des autres ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s