3 astuces pour cultiver des conversations stimulantes

Vous voulez renforcer vos compétences relationnelles, apprendre des autres et améliorer vos relations avec vos proches ? Découvrez 3 astuces pour cultiver des conversations stimulantes

1/ Être curieux 🕵️‍♀️

Engagez-vous dans la conversation ou mettez-y fin. Aussi, si vous décidez de vous y engager, faites-le avec curiosité. 🧐 Oui la curiosité n’est pas un vilain défaut, bien au contraire : ce qui est curieux, en étant curieux, c’est que les autres deviennent curieux, de curieuses créatures, et ça, ça rend encore plus curieux ! 😊

2/ Recevoir la conversation 👐

S’autoriser à recevoir, à accueillir, à amplifier et à tirer le fil de la conversation comme sur la ficelle d’un cadeau de Noël ! Je peux vous assurer que la conversation deviendra rapidement aussi stimulante que quand vous étiez enfant et que vous ouvriez vos cadeaux avec enthousiasme. D’ailleurs ne dit-on pas être présent ? Oui c’est cadeau. 🎁

Avez-vous déjà reçu des conseils d’écoute active, comme regarder l’autre dans les yeux ? Faire miroir ? Ou encore résumer ce que l’autre a dit pour montrer que vous êtes intéressé.e. ? J’ai une bonne nouvelle pour vous : vous n’avez vraiment pas besoin de vous embêter avec tous ces conseils ! Quand vous êtes vraiment investi.e. à écouter et ouvrir votre cadeau, ça se voit, ça se sent et ça se vit… Pas besoin de le montrer. 😉

3/ Vous voulez soutenir un proche ? Offrez-lui votre attention, pas vos conseils ! 👂

J’avoue celui-là, j’ai souvent besoin d’une piqûre de rappel à moi-même ! Pourtant, si le diable est bourré de bonnes intentions, c’est bien dans nos petites conversations du quotidien, surtout celles parsemées de bons conseils non sollicités.

Alors oui, il est tout à fait naturel d’avoir envie de donner des conseils à un proche qui a le moral dans les chaussettes, mais il est intéressant de garder à l’esprit que la qualité de nos relations s’améliore quand nous nous abstenons de donner des conseils et laissons plus de place à l’autre pour formuler sa demande lui-même. Pourquoi ? Car ça le responsabilise face à ce qu’il vit et cela a des vertus bénéfiques pour son estime de lui. De plus, si nous nous positionnons comme LE détenteur de bon conseil, nous risquons de provoquer une dynamique de relations toxiques (Lire l’article sur le triangle de Karpman ) : en prenant le rôle de « sauveur », nous enfermons l’autre dans le rôle de « victime ». Ce qui n’est ni bon pour soi, ni pour l’autre….

Alors comment soutenir un proche ? Posez-lui des questions ouvertes afin qu’il trouve ses propres conseils, ses ressources et qu’il formule lui-même sa demande. Par exemple : Qu’est ce qui te préoccupes en ce moment ? Et quoi d’autre ?  Et quoi d’autre ? (Jusqu’à ce que la problématique soit explorer de A à Z) Quel est le défi pour toi ? Qu’est ce que tu veux dans cette situation ? Comment puis-je t’aider ?

😎 🧘 Cette astuce aura non seulement pour effet de renforcer la confiance de l’autre en ses capacités à formuler une demande adaptée, mais offrira aussi une conversation stimulante, une relation saine et un moment vivifiant pour vous deux !  🙌 🤸🥳

Vous voulez aller plus loin dans vos compétences relationnelles ? Lire l’article « Découvrez 3 prises de karaté pour mettre les relations toxiques KO »


Écrit par Lucile Boccon-Gibod pour In Education We Trust

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s