Découvrez 3 prises de karaté pour mettre les relations toxiques KO

Vous voulez repérer les relations toxiques, les désamorcer rapidement et ne jamais les provoquer ? Découvrez le triangle dramatique de Karpman :

Ce schéma proposé par Stephen Karpman en 1968 met en évidence un scénario relationnel typique entre victime, persécuteur et sauveur et permet de déceler les dynamiques de pouvoir à la base de « jeux psychologiques ».

À noter : Quand une relation est prise dans le triangle de Karpman, les individus peuvent changer leurs rôles, être un jour victime, puis sauveur, puis bourreau. Si on regarde à l’échelle mondiale, nous pouvons aussi voir que ces rapports renforcent les violences entre les pays. Par exemple, dans le récit du colonialisme, il y a eu un enfermement de certains pays dans le rôle de victime, alors que d’autres se sont positionnés comme sauveur (civilisateur), et bourreau (esclavage, exploitation). De même, dans les identités genrés, il y a un schéma culturel qui propose une image de la femme en « victime » et de l’homme « sauveur/héro », et « bourreau ». Enfin, les enfants vont avoir naturellement tendance à explorer les relations de Karpman. Les adultes ont la responsabilité d’encourager les enfants à prendre conscience qu’ils sont co-créateurs et responsables de leurs relations.

Comment savoir si nous cultivons des relations toxiques ?

Les relations toxiques sont souvent caractérisés par des techniques de communication spécifiques, notamment la passivité, l’aggressivité, la manipulation et/ou le passif-aggressif. Découvrez la différence entre une communication infantilisante et une communication vivifiante à travers le schéma de Jacques Salomé :

Pourquoi créons nous parfois des relations toxiques ?

Les relations toxiques sont souvent issues d’un manque de conscience de soi, d’estime de soi et/ou de confiance en ses capacités à répondre à ses propres besoins et aspirations. Ils sont souvent le résultat d’une éducation inadaptée, qui ne nous a pas appris à nous affirmer. Ainsi, en ne prenant pas nos responsabilités par rapport à nous-même, nos besoins, nos envies et nos aspirations, l’unique option qui s’offre à nous est de forcer les autres à répondre à nos besoins à notre place.

Comment sortir d’une relation toxique ?

Découvrez 3 prises de karaté pour mettre KO toutes formes de toxicité dans vos relations :

1/ Prendre conscience du triangle de Karpman

Nous avons tous des tics de communication conditionnés, inconscients et réactifs. Comment en prendre conscience ? Nous pouvons, par exemple, nous poser la question suivante : quand je suis dans une situation où je me sens démuni.e. ou désemparé.e., quelle technique de survie est-ce que je mets en place pour répondre à mes besoins ? Quelle technique de communication est ce que j’utilise ? Culpabiliser, exiger, imposer, forcer, arracher, obliger, rejeter ?

2/ Communiquer de façon assertive et affirmative avec l’outil ESPERE de Jacques Salomé :

Jacques Salomé à mis en place plusieurs outils pour passer d’une communication SAPPE (Sourde, Aveugle, Pernicieuse, Perverse et Énergétivore) à une communication ESPERE (Énergie Spécifique Pour une Écologie Relationnelle Essentielle ), voici l’un de ces outils :

3/ Pratiquer la communication non-violente selon Marshall B. Rosenberg :

Voici une liste non exhaustive de besoins : besoins physiologique / de bien-être physique, besoins de sécurité, besoins d’empathie / de compréhension, besoins de créativité, besoins d’amour / d’intimité, besoin de jeu / de distraction, besoin de repos / de détente / de récupération,  besoins d’autonomie, besoin de sens / de spiritualité

Vous voulez approfondir vos compétences relationnelles ? Lire « 3 astuces pour cultiver des conversations stimulantes »

Ecrit par Lucile Boccon-Gibod pour In Education We Trust


Pour aller plus loin, vous pouvez aussi lire :
La communication non-violente, de Marshall B. Rosenberg.
Cessez d’être gentil soyez vrai, de Thomas d’Ansembourg
Le courage d’être soi, de Jacques Salomé
Imparfait, libre et heureux, de Christophe André
Et le site internet de Jacques Salomé

Et si la vulnérabilité était à l’origine de notre courage et de nos rêves créatifs ?

Merci à Brené Brown de partager ses études sur la place de la vulnérabilité dans le processus créatif !

Et toi que penses-tu de l’importance de la vulnérabilité pour aller vers tes rêves créatifs ? As tu déjà eu l’impression d’être « pas assez » ? Cela t’as-t-il empêché de rentrer en relation avec les autres ? Ou cela te rend-il perfectionniste ? As-tu déjà eu honte de ta vulnérabilité ? Parlons-en en commentaire !

What about you? What do you think about the importance of vulnerability in moving towards your creative dreams? Have you ever felt like you were « not enough »? Has it prevented you from connecting with others? Has it ever turned you into a perfectionist? Let’s talk about it in the comments!

Paroles de sorcière / Spoken like a true witch :

La vulnérabilité requiert le courage d’être soi et de le montrer. – Brene Brown

Vulnerability is not winning or losing; it’s having the courage to show up and be seen when we have no control over the outcome. – Brene Brown

À noter : vous pouvez mettre les sous-titres en français sur le Ted Talk mais pas sur le Spotify 😉

Et si l’école détruisait la créativité ?

Merci à Ken Robinson d’avoir partagé cette vision !

Et toi, as-tu l’impression que l’école a impacté tes capacités créatives ? Laisse un commentaire 🙂

What about you, how would you say school has impacted your creativity? Leave a comment 🙂

Paroles de sorcier / Spoken like a true wizard :

L’imagination est la source de toute forme d’accomplissement humain. Et c’est la chose que nous mettons systématiquement en péril dans la manière dont nous éduquons nos enfants et nous-mêmes. – Ken Robinson

Imagination is the source of every form of human achievement. And it’s the one thing that I believe we are systematically jeopardizing in the way we educate our children and ourselves. – Ken Robinson

Accouche Minouche

Accouche Minouche, fais confiance à tes doutes,

Ca commence dans ta couche,
Ton sang d’humanité,
Seule règle pour créer,
Tu sais pas quoi penser ?
Alors laisse toi douter !

Accouche Minouche, fais confiance à tes doutes,

T’as peur de l’inconnu ?
Tu t’fais pipi dessus ?
Là assis dans ta merde,
Tu n’as plus rien à perdre,

Alors, accouche Minouche, fais confiance à tes doutes,

Envie de prendre une douche,
De retirer cette couche,
Couche toi donc sur le sol,
Sous les idées qui volent,

T’es prête à accoucher ? Alors prends du papier !

C’est ici qu’tout commence,
Sous les doutes qui dansent,
Comme un acte de foi,
Il suffit d’faire un pas,

Même si t’as peur du noir,
Que tu sens l’désespoir,
Et qu’aucune certitude,
Ne fait béatitude,

Ton enfant intérieur,
Curieux face à la peur,
Il est bien dans sa couche,
Pampers c’est sa touche !

Alors, vas-y, accouche tes doutes ! Fais confiance à Minouche…

Quand la curiosité de la peur remplacera la peur de la curiosité,
C’est toute l’humanité qui sera renouvelée.

Écrit par Lucile Boccon-Gibod